Insceva

Introduction Scènes & Variations

La Fédération des Festivals de Musique Classique en Bretagne

Rédigé par Chrystèle Spinosi

Les chiffres s'enchaînent : 37 festivals, 600 bénévoles, 1500 concerts, 2000 musiciens, 60 000 spectateurs ... Qui, quoi, quand, où ? Mais en Bretagne, bien sûr ! Territoire vivant et dynamique, la Bretagne est riche de ses festivals de tous ordres, et notamment en musique classique. De la vitalité à la réactivité, il n'y a qu'un pas et celui-ci fut franchi il y a quelques années avec la création de la Fédération des Festivals de Musique Classique en Bretagne, collectif inédit en France au service des artistes et du spectacle vivant des musiques dites savantes.

Ensemble ...

Dispersés sur le territoire, de profils très diversifiés, peu représentés auprès des partenaires publics mais portés par des bénévoles passionnés, les festivals ont associé leurs forces pour développer cette structure commune. Elle a pour mission de créer du lien, d'alimenter les discussions et de dire haut et fort combien le territoire breton a la porte grande ouverte aux musiques classiques. Aujourd'hui, ce collectif s'engage en faveur de la professionnalisation, de la création et du rayonnement de ces musiques. Il s'agit bel et bien de promouvoir avec intelligence et clairvoyance un projet commun fait de complémentarités, d'accompagnements et d'innovations.


Chaque jour, la Fédération travaille à valoriser toute l'étendue d'actions des festivals : des résidences de création, des formes hybrides, de nouvelles écritures, une multitude de thématiques, des programmations à géométries variables, des mutualisations artistiques ... pour le plus grand plaisir des publics, toujours plus fidèles aux rendez-vous. L'esprit d'ouverture et le soutien aux artistes restent des objectifs permanents. Comme toujours, il s'agit de donner l'opportunité d'entendre, de laisser la chance d'exprimer, d'accompagner à réaliser, et tout ceci se tricote jour après jour, dans le secret des conversations, des coups de téléphone échangés, des renseignements pris et des apprivoisements. Des process longs à mettre en place, qui demandent de l'espace et du temps pour s'épanouir, c'est dire comme l'engagement humain et l'écoute en constituent le socle premier. On oublie trop souvent aujourd'hui cette implication émotionnelle qui se joue, au-delà de la relation business, du coup médiatique ou du plan marketing, alors même que l'art et la culture glissent sur la pente savonneuse des attraits de la rentabilité commerciale.


En Bretagne, on peut encore profiter de ce savoureux équilibre entre têtes d'affiche et petits coins de pays, un rien d'ambiances "moulées à la louche" propices à l'accueil de nouveaux talents et qui permettent de s'approcher au plus près de la musique et de ses acteurs. S'investir dans l'organisation d'un festival de musique classique est un acte militant tant il pose les bases d'une présence volontaire sur un territoire choisi. Les raisons sont multiples, mais toutes ont ceci en commun qu'elles sont avant tout guidées par l'attachement, une palpitation singulière : le désir profond qu'il se passe ici quelque chose de particulier qui semble indispensable. Là se chante le fait d'exister.


... mais pas entre-soi !

C'est presque une gageure que de s'engager pour un tel secteur au regard de l'image "microcosmique" qui lui est attribuée. Entre des interlocuteurs peu connaisseurs, des réseaux d'informations à la discrétion d'initiés et un verbiage collectif qui dilue toute spécificité esthétique, les musiques classiques persistent et signent en restant dynamiques et porteuses de lendemains. C'est un bonheur de voir combien les nouvelles générations d'artistes sont créatives, fraîches, riches d'influences et capables de beaucoup d'ouverture. Le renouvellement artistique est un vent vivifiant porté par des talents aux savoir-faire multiples dont ils se jouent avec une joie insolente ... On est très loin du concert guindé, froid et distancié ! Comme ce monde a changé !


Les fondateurs de la FFMCB ont été bien inspirés sur ce point : ils ont doté le territoire breton d'un fabuleux outil de parole, d'un redoutable porte-voix pour témoigner de cette transformation. Les musiques classiques sont positivement porteuses de développement, et bien plus encore. A travailler ensemble, les festivals font surgir une réalité d'action quotidienne, de présence de terrain et d'apport au dynamisme territorial qu'il est impossible de nier ou d'ignorer. Ils représentent un poids économique, un engagement social, des opportunités d'embauche et de formation, des créations d'espaces de vie et d'activités ... Il y a de l'avenir et, avec l'Agence Insceva, je suis très heureuse d'apporter mon aide au développement d'un tel projet.